04 déc. 2008

La magie est-elle une légende, ou un mythe?

Bonsoir !

Et, si la magie n’existait plus ? Oui, si elle avait bien existé mais qu’au fil du temps elle se soit dissipée ? Est-ce que cela vous semble improbable, voire impossible ? Pourtant, ce fut le combat de “Jonathan Strange & Mr. Norell” de restaurer la magie en Angleterre au XIX siècle. Comment ça ? Vous n’en avez jamais entendu parler ? Il va falloir y remédier grâce au travail de Susanna Clarke qui nous relate leur histoire dans un livre assez conséquent, il faut le reconnaître.

En fait, si les anglais ont souhaité restaurer la magie, c’est de notre faute. Enfin, celle de Napoléon I plus précisément. Celui-là même qui a fait trembler l’Europe et terrifié l’Angleterre, ennemi presque héréditaire de la France. Aussi, la magie semble-t-elle toute indiquer pour contrecarrer ce dangereux adversaire. Malheureusement, la magie n’est pas de notre monde mais de celui des fées. Or, depuis le départ du Roi Corbeau, souverain du Nord de l’Anglettere, du royaume des fées et d’un dernier au pays des morts, les portes menant à ce monde se referment et les routes des fées sont abandonnées. A tel point que les derniers magiciens ne sont plus que des clubs d’Histoire de la magie. Un seul pratiquant existe encore, Mr.Norell, mais il vit en ermite car il juge les autres si inférieurs…

Seulement, il sera amené à révéler qu’il est un véritable pratiquant de la magie et son ascension sociale sera alors fulgurante puisque le Roi d’Angleterre le recevra et lui donnera tout pouvoir sur les questions magiques. Officiellement, il est chargé de trouver des moyens de combattre la Grande Armée, d’assurer la transmission de son savoir, et de protéger l’Angleterre de toute agression. Toutefois, il ne bougera jamais de Londres, si ce n’est à la toute fin des événements et il ne prendra qu’un seul élève dont il sera férocement jaloux et terrifié à l’idée qu’il le supplante. En fait, Mr.Norell n’a aucune confiance en lui et se réfugie dans ses livres de magie dés qu’il le peut. Tout le contraire de son élève qui se révélera exceptionnel. Jonathan Strange s’aventurera ainsi dans des domaines de magie complètement délaissé par son aîné et commencera à comprendre toute l’étendue de leur ignorance et de ce qu’ils ont perdu. La magie, une surface que Mr.Norell frôle à peine et que lui n’y plonge qu’aux genoux, du moins, au début…

Ce livre n’est pas facile à lire, je le reconnais, mais en contrepartie, à chacun de mes arrêts, je n’avais aucun mal à en reprendre la lecture comme si de rien n’était, fussent-ce deux ou trois semaines plus tard. Je ne veux pas dire par là que le roman est pauvre en actes et trop riche en descriptions inutiles, bien au contraire. Le fait est que l’histoire a plutôt le rythme d’un fleuve, de la source jusqu’à l’estuaire. Rapide et modeste au début, elle devint plus calme et importante alternant les chutes, les carrefours et les ports, puis, elle finit par complètement s’accélérer, les évènements y étant si nombreux que la tête tourne dans tout les sens pour s’orienter avant de comprendre que la mer vint de s’ouvrir devant elle et les possibilités augmenter à l’infini.

“Alors, nous voici revenu à égalité, jubila Sacrieur.
_ On dirait bien, reconnu Sadida, seulement ma championne y est depuis bien plus longtemps que la tienne.
_ Argument qui n’a aucun sens puisque Barbamouss ne vient qu’à l’instant de leur parler, répliqua la Déesse.
_ Paroles que ma disciple met déjà en œuvre depuis plusieurs jours, même si elle l’ignore, rétorqua le Dieu.
_ Justement, être conscient de ses actes fait partie de notre pari. Nos championnes doivent absolument comprendre nos messages par elles-même, et par leur conscience active. Ce sont nos conditions, Sad’.
_ Oui, oui… Je ne les ai pas oubliées, p’tite sœur. Je trouve juste que c’est un peu moins amusant de cette façon, regretta le Dieu de la Nature.
_ Tu devrais arrêter de prendre l’énergie de tes disciples, tu vas finir par ne plus savoir qu’en faire, rappela la Déesse du Sacrifice.
_ Peut-être, peut-être… Bon, nous reprenons ? A qui le tour ?

Bons contes, et bon feu !

Liens : Site officiel du livre