01 janv. 2009

Ma vision de deux systèmes d'exploitation

Bonsoir !

Avec ce nouveau billet, j'aimerai vous faire partager la vision que j'ai de la pensée qui se cache derrière les développements du système d'exploitation Windows© et du GNU/Linux©. Il est entendu que ce que je vais écrire ne représente pas forcement la réalité, ou du moins son entièreté, mais plutôt l'interprétation que j'ai des différents articles et documentations que j'ai pu découvrir sur le sujet, ainsi que celle de ma propre expérience. Par conséquent, ne prenez pas ce que je donne pour argent comptant, ^^', seulement comme un point de vue qui ne peut être exhaustif.

Bon ! Après tout les avertissements d'usage, je vais pouvoir me lancer.

Tout d'abord, je vais commencer par le système par lequel j'ai découvert véritablement l'informatique : Windows© dans sa version 3.11. Non, je ne suis pas si vieille XD C'est juste que notre premier ordinateur était un don d'un de mes oncles lorsqu'il s'en était procuré un plus récent. A cette époque, nous n'en avions guère besoin, et moi-même ignorait tout ce que ce domaine pouvait nous offrir. Cependant, fascinée par ce nouveau "jouet", j'en maîtrisais bientôt les logiciels et m'initiais au "bidouillage" jusqu'à un certain point. A ce moment là, le système me semblait permettre beaucoup de chose et il faisait ce que je lui demandais, dans la plupart des cas ^^

Quelques années plus tard, je reçu de mon grand-père l'ordinateur qu'il venait de remplacer, possédant Windows© dans sa version Millenium. Autant vous dire que le changement fut radical, qui plus est avec l'acquisition d'une connexion à l'Internet quelques mois après. Seulement, je déchantais assez vite pour des raisons bien connus (problèmes de sécurité, sessions utilisateurs très mal gérées, écrans bleus à répétition, et caetera) mais aussi parce que je ne faisais plus ce que je voulais. Pourquoi je ne pouvais pas personnaliser l'apparence de mon système selon mon souhait ? Pourquoi je ne pouvais pas utiliser le logiciel que je voulais sans que les natifs viennent "foutre la merde" ? Pourquoi des formats de fichiers n'étaient pas supportés nativement ? Et comment faire pour les supporter ? Pourquoi le menu "Démarrer" s'appelle-t-il ainsi ?_? Pourquoi le logiciel de défragmentation des disques est-il aussi compliqué à trouver ? Et pas mal d'autres aussi... Toutes ces questions sans réponses m'ont souvent fait regretter la version 3.11.

L'année suivante -- ou celle d'après, je ne sais plus trop ^^' -- l'ordinateur rend son dernier souffle début Juin. On peut dire qu'il a bien choisit son moment celui-là >< 'fin bref, avec mon premier salaire, je fais l'acquisition d'un ordinateur portable avec la version Xp de Windows©. Ce nouveau cru est beaucoup plus soigné que le précédent, mais mes questions précédentes restent toujours sans réponses. En plus, vient s'ajouter celles-ci : Pourquoi mon logiciel de musique veut-il s'occuper de mes images ?_? Pourquoi y-t-il autant de logiciels inutilisables la première fois que je lance mon ordinateur ? Pourquoi autant de pubs qu'on ne regarde jamais sur le logiciel "MSN Messenger"© ? Pourquoi le système n'accepte-t-il parfaitement que les logiciels Microsoft© ? Pourquoi son navigateur internet semble-t-il aussi moche, inutile, embêtant qu'une crotte de moineau sur le pare-brise d'une voiture ?

Toutes ces questions m'ont poussé à trouver des réponses, j'en ai trouvé quelques unes et souvent dans un sens qui ne valorisait pas Microsoft© Toutefois, je trouvais toujours des bons côtés au système, tout n'est pas mauvais dans Windows©. Cependant, deux années plus tard, on me fit découvrir le logiciel libre et un système d'exploitation en particulier GNU/Linux©. Tout d'abord, j'ai eu beaucoup de mal à y croire, en particulier au code source ouvert et à la gratuité presque universelle. Comment des gens pouvaient créer un "truc" aussi compliqué qu'un système d'exploitation sur leur temps libre ou sans faire payer le produit final ? Finalement, poussée par mon ami, je me lançais à essayer ce qu'il m'avait décrit comme une distribution, une "version" du système, du nom d'Ubuntu©. Ainsi fis-je mon entrée dans le monde du libre.

En partant à la recherche de ses fonctionnalités, je me rendis compte que toutes les questions que je me posais avec Windows© n'avait plus de sens ici. Mon logiciel de musique s'occupait de la musique, celui de vidéo des vidéos, ... Celui de gravure ? Déjà présente, plus besoin de "pirater" celui de mon grand-père. Lecture des fichiers ? Presque tous, puis avec l'installation de nouvelles "choses", tous. Défragmentation ? Inutile. Personnalisation ? Totale. Pub ? Inexistante. Logiciels inutiles dés le départ ? Aucun. Menu "Démarrer" ? XD, ai-je besoin de répondre... Conflits entre logiciels ? Aucun. Documentation ? En nombre et agréable à lire (ex -> celle francophone d'Ubuntu ici). Logiciels ? En bibliothèque, facile à installer et désintaller, pour tout et n'importe quoi (ex -> Adept). Liberté de mouvements ? Totale. Logiciels connus ou complètement nouveau ? Oui et non car sous Windows© j'en utilisais appartenant au logiciel libre sans même le savoir comme "Mozilla Firefox"©, Gimp©, "Mozilla Thunderbird"© entre autres.

Plus j'utilisais mon nouveau système, plus j'étais sciée ! Et lorsqu'il a planté pour la première fois, un redémarrage du gestionnaire de bureau, et seulement de lui, a suffit. Enfin, il m'est arrivé de faire planter le système, inconsciemment, au point que je me suis lancé dans une réinstallation complète. J'ai alors compris toute l'utilité du partitionnement. 'fin bref, après tout ses succès, j'ai fini par me renseigner davantage et une vision de ces deux systèmes s'est dessinée. Ainsi, pour moi, Windows© cherche à nous enfermer dans son système et à tout faire à notre place en prétextant nous aider autant que possible. En fait, j'ai vraiment l'impression que Microsoft est si sûr de son monopole qu'il pense pouvoir faire ce qu'il veut. Quoique, je me dis aussi qu'il veut rendre l'utilisateur complètement dépendant de son système pour qu'il ne se rende surtout pas compte qu'il peut y avoir mieux ailleurs. Lorsque je retourner sous un système Windows©, j'ai littéralement l'impression d'étouffer !

Au contraire, sur ma Kubuntu©, je sais avoir tout pouvoir. Qui plus est, au lieu de tout rassembler en un endroit comme dans un "fourre-tout", sous GNU/Linux ©, on crée un logiciel pour une action, action qu'il exploitera au maximum tout en facilitant en faisant en sorte que le logiciel soit utilisable de manière intuitive. On a donc d'un côté, un logiciel pour une multitude d'action pas toujours liées, et de l'autre un logiciel pour une action exploitée à son maximum. C'est l'un des principes de base du système Unix© sur lequel se base Linux et les autres dérivés. En plus, les systèmes GNU/Linux se veulent le plus stable possible en étant accessible au maximum de personne. Accessibilité qui s'étend tout autant aux développeurs qu'aux utilisateurs finaux, d'où l'utilisation de licence libre et la création de la GPL. Ainsi, l'ensemble du système, code source compris, est accessible, et même modifiable et distribuable. Les personnes, ne seraient-elles que curieuses, peuvent alors s'investir. C'est ainsi que l'on trouve de nombreux wiki de documentation, des forums d'aide, des développeurs du dimanche ou de plus sérieux, mais tous ont le point commun d'avoir compris que le système GNU/Linux prône le partage et la compréhension de notre environnement.

En conclusion, je suis toujours en retard (2h) XD Et, plus précisément, pour moi, Windows© veut nous contrôler et nous cacher les contrôles en prétextant agir pour notre bien ; GNU/Linux veut nous donner le contrôle et nous faire comprendre ce contrôle parce que son fondateur a pensé que cela nous intéresserait peut-être... Finalement, je vous accorde que mon billet est très pro-logiciel libre, et en particulier pro-GNU/Linux, mais je ne nie pas que Windows© possède de bons logiciels, juste la philosophie/politique présente derrière qui me "dérange" ^^'.

_ Piuf ! Ton amie nous était vraiment reconnaissante, Ménéa.
_ Oui, Sagané. Mais, ce n'est pas tout les jours que l'on sauve son fils non plus.
_ Tu as sans doute raison, reconnut amusée la disciple de Sacrieur.
_ Hé ! Les filles ! Où allons-nous maintenant ? Dans les plaines de Sidimote, c'est bien ça ? intervint un disciple de Féca.
_ C'est ça, Dakko. C'est là-bas que se situe un temple abandonné où il paraîtrait s'y trouver la statue que Sag' a vu en rêve la semaine dernière, répondit la disciple de Sadida.
_ Heureusement que nous y sommes tous déjà allés, nous pouvons prendre le zaap, ajouta son amie.
_ Allons-y donc

Première nuit, peut-être premiers rêves, bienvenue en 639 ! Et, bon feu !