21 nov. 2008

Où sont donc passés les dessins animés de légende?

Bonsoir !

Je regardais vaguement mes cassettes vidéos lorsque j’ai réalisé quelque chose. Walt Disney ne réalise plus de dessins animés de légende. Qu’est-ce que j’entends par là ? Qu’on ne voit plus de “Bambi”, “Pinocchio”, “Peter Pan”, “Marry Poppins”, “La Belle et la Bête”, “La petite sirène”, et caetera. Oh ! Je sais qu’ils tentent bien de continuer cette lignée avec des seconds épisodes, “Peter Pan 2”, “La belle et le clochard 2”, “Pocahontas 2”, … Mais franchement, vous conviendrez qu’ils ne valent pas les premiers. Il y a bien les longs métrages comme Ratatouille, mais ça ne me touche pas autant qu’un “La Belle et le Clochard” ou un “Roi Lion”. Vous me direz que c’est à cause de mon vieillissement, que je ne suis plus une enfant, … Pourtant, je ne suis pas d’accord avec vous, car j’ai découvert l’année dernière des longs métrages capables de me toucher, comme ces ‘dessins animés de légende’.

Hayao Miyazaki, voici un nom à retenir. Si Walt Disney avait le milieu du XX siècle, Hayao Miyazaki a son dernier tiers et le début du XXI. C’est avec des longs métrages comme “Le voyage de Chihiro”, “Le château ambulant”, ou “Laputa - Le château dans le ciel”, que j’ai retrouvé ces grands dessins animés. Ceux qui nous racontent une belle histoire, pleine de magie et de rêves. Une histoire pour nous faire grandir, une histoire pour nous dire qu’il y a une solution à toute chose, qu’il ne faut pas se laisser abattre par la vie, une histoire pleine d’espoir, pleine des illusions et de l’innocence d’une âme d’enfant.

C’est ainsi que Chihiro, une fillette d’une dizaine d’année, se retrouve à travailler dans un hôtel pour les esprits, les dragons, les sorciers, et toutes autres créatures du monde magique. Pourquoi ? Pour sauver ses parents transformés en cochon pour avoir mangé sans compter, et sans payer, des plats de cet hôtel. Mais, c’est avec son courage, sa naïveté, et son amour, qu’elle sera amener à sauver non seulement ses parents, mais aussi un esprit de l’eau prisonnier de la sorcière, gérante de l’hôtel.

Ou alors, qu’une jeune chapelière de dix-sept ans, Sophie, se retrouve au milieu d’un conflit entre, une magicienne, une sorcière et un sorcier. Ainsi, la “Sorcière des Landes” fait vieillir son corps et elle doit partir à la recherche d’autres sorciers ou magiciens pour tenter de trouver un remède. C’est au cours de sa première nuit de voyage qu’elle entrera dans le légendaire château ambulant, siège du sorcier. “Un des avantages de la vieillesse, c’est que plus ne nous étonne, ou nous effraie.” Voici quelques unes des paroles qu’elle prononcera peu de temps après son arrivée, et qui sont emblématiques de son nouvel esprit pour aborder toutes ces nouvelles aventures.

Une disciple de Sacrieur semblait se promener dans la cité marine de Sufokia. En fait, elle semblait même un peu perdue. Il faut dire que pour le néophyte, la cité avait tout du labyrinthe. Heureusement, ce n’était que pour découvrir une nouvelle place aussi merveilleuse que la précédente, voire plus. Néanmoins, la disciple de Sacrieur s’agitait de plus en plus, au point de serrer les poings ou de s’arracher les cheveux de la tête, qu’elle avait longs et superbes d’ailleurs. En désespoir de cause, elle frappa à toutes les portes des maisons qu’elle rencontrait, mais personne ne lui répondait. Quoique, finalement, un disciple d’Osamodas, plus qu’appréciateur du corps de la jeune femme, sortit sur son balcon. Il l’invita à entrer, elle refusa. Elle avait bien remarqué son regard, toutefois, elle se risqua tout de même à lui demander où était la maison de Selte Also, l’ancien Grand Maître du Temple de Sacrieur.

Si vous n’avez jamais vu ces longs métrages, voici une bonne raison de le faire dés à présent. Bon sable, et bon feu !