14 déc. 2008

Une explication parmi d'autres du 'role-play'

Bonjour !

Ouh là ! Serais-je tombée du lit ? Non, rassurez-vous. Cependant, il est vrai que cela faisait longtemps que je n’avais ‘billeté’ aussi tôt XD Pour l’occasion, si nous parlions de ce qu’est le “role-play” ou “jeu de rôle” en français. Vous vous êtes peut-être demandé ce que signifiait ce petit texte à chaque fin de mes messages. Enfin, vous avez déjà compris que c’était une histoire à suivre se déroulant dans un univers de “fantasy”. Mais justement, d’où sort cet univers ? Pourquoi dis-je croire en une Déesse ? Et non, ce n’est pas une religion réelle que vous ne connaissez pas. En fait, c’est là qu’intervint le ‘role-play’ et l’univers imaginaire créé pour un jeu.

Comment ? Un jeu dans le jeu ? Et oui, encore une preuve des définitions alambiquées de notre langue ;) Ainsi, on parlera plus simplement de jeux de rôles ou JdR pour les intimes. Dans ce genre de jeux, le fabricant crée un univers complet avec des personnages, une Histoire, une culture, tout ce qu’il faut pour s’y immerger et oublier le monde réel. L’immersion est véritablement le maître mot du jeu de rôle. C’est-à-dire que de notre côté, nous allons créer un personnage qui évoluera dans cet univers, avec son caractère, sa propre histoire, ses idéologies, tout pour le rendre aussi vivant et unique que possible. Enfin, et c’est là que le mot “rôle” prend tout son sens, nous allons incarner ce personnage, nous allons lui donner la substance matérielle qui lui manque.

Ainsi, vous deviendrez un barde itinérant sans scrupules, un magicien gaffeur et maladroit, une jeune sage à l’humour noire, un héros mal-aimé mais généreux, un guerrier peureux toujours en vadrouille, un Dieu bon trop magnanime ou une Déesse intelligente toujours remisée au placard… Votre seule limite est l’univers créé par le fabricant, et votre propre imagination. Cependant, et c’est là toute la beauté du jeu de rôle, vous n’êtes pas seul(e) car c’est un jeu collectif. Par conséquent, vous-même, et en particulier votre personnage, allez vous enrichir au fil du temps et des parties jouées. Votre personnage va ainsi évolué, comme le ferais n’importe quel personne réelle, et parfois sans même vous en apercevoir.

Voir sa création évoluer au fil du temps est véritablement un enchantement, c’est un peu comme voir grandir ses enfants. Cependant, l’évasion du monde réel et l’incarnation d’un personnage que vous avez peut-être toujours rêvé d’être sont les aspects principaux du jeu de rôle. C’est-à-dire que vous devez croire en l’existence de cet univers, faire comme s’il existait réellement et laisser le monde réel à la porte, il n’existe plus. Et, c’est là qu’intervint la richesse du monde créé, plus les informations le concernant seront importantes et accessibles, mieux vous pourrez vous y immerger. En fait, le jeu de rôle a beaucoup d’affinités avec le théâtre. Les différences étant l’absence de scène mais surtout, et avant tout, l’absence de texte pour votre rôle. Alors, place à l’improvisation !

Qu’est-ce qui donne le plaisir de jouer en groupe ? Que ce soit vous qui créiez votre personnage ? Que la seule limite soit l’imagination ? Que les autres vous surprendront par des actions inattendus, des incarnations incroyables, que vos histoires n’aient pas de fin. Voilà ce qui rend le jeu de rôle addictif : la surprise ! Une minute auparavant, vous étiez à la recherche de la douzième statuette, et la seconde suivante vous devez sauver le monde d’un Dieu oublié ! D’un coup, toute l’histoire peut basculer, avoir des dénouements que vous n’aviez pas envisagé, des conséquences multiples et toutes plus farfelues les unes que les autres… 8D C’est cela le jeu de rôle, incarner un personnage unique de votre création dans un univers parallèle, sans filets et juste un but à atteindre f_f

Où trouver des jeux de rôle ? Et bien, tout dépend si vous voulez jouer de manière traditionnel avec un plateau, ou avec un jeu vidéo. Dans le premier cas, le meilleur moyen est de se renseigner dans son entourage pour trouver des “rôlistes” qui jouent déjà et pourront vous conseiller, et même vous initier. Vous en trouverez forcement un, après c’est la porte ouverte sur ce monde du jeu du rôle. Dans le second cas, il faut s’orienter vers les jeux en ligne où les autres personnages sont incarnés par des personnes et non un ordinateur. Bien entendu, il faut choisir un jeu en ligne orienté ‘role-play’ ou RP, on parlera alors de MMORPG ou Jeu de rôle en ligne massivement multijoueur en français. Il en existe de nombreux avec des univers très différents les uns des autres, mais aussi parfois similaires. Moi-même, je joue à un jeu d’héroic-fantasy français où l’humour est potache et les graphismes d’inspiration manga et enfantins — quoique les filles soient bien développées…

L’univers d’Ankama, société Liloise, se nomme Dofus pour le premier opus. Dans ce monde règne douze Dieux et Déesses qui ont chacun leurs propres disciples, ou plutôt classes. Il y a ainsi les Dieux du Temps ~ Xélor, celui de la Nature ~ Sadida, de l’Avarice ~ Enutrof, de la Guerre ~ Iop, de l’Adresse ~ Crâ, du Jeu ~ Ecaflip, des Voleurs ~ Sram ; les Déesses du Sacrifice ~ Sacrieur, de la Protection ~ Féca, des Animaux ~ Osamodas, des Soins ~ Eniripsa et de l’Ivresse ~ Pandawa. Mais, il y a aussi les Démons comme Rushu ou Djaul, ou ceux des heures. Egalement présents, d’autres Dieux et Déesses plus mineurs qui sont chargés de veiller sur un mois, une ville, un ordre… Et, bien entendu, il y a aussi des dragons ! Ces dragons à la magie presque infinis sont capables de créer des œufs conférant une puissance immense à son possesseur, les Dofus. Ainsi, en réunissant les 6 Dofus primordiaux, le propriétaire se voit acquérir d’une telle puissance que douze Dieux et Déesses réunis ne peuvent le combattre. Alors, quand les gardiens les ont perdu, tout les aventuriers du monde des Douze sont partis à leur recherche. C’est à cette époque que vous vous incarnerez, et c’est là que j’ai créé Ferora La Feu, disciple fidèle de Féca, maîtresse du feu ; encore à cette époque que se déroule mon histoire à suivre à chaque fin de billet.

Sagané et Dakko avait presque perdu de vue Ménéa lorsqu’elle se retourna soudainement pour leur dire qu’ils avaient atteint leur but, le donjon des familiers était en vue. Les deux retardataires accélèrent alors le pas et rejoignirent rapidement leur compagne. Seulement, si le donjon était bien là, un bras d’eau boueuse et malodorante les en séparait. Et, personne n’avait spécialement envie de prendre un tel bain, fut-il revigorant. Heureusement, le disciple de Féca eut une idée et sortit de nombreuses planches de chêne de son sac. Il allait fabriquer un radeau avec les cordes de Sagané, ainsi traverseraient-ils en toute sécurité et au sec.

Bon dimanche, et bon feu !

Liens :